BILAN DE LA SAISON 2008

Publié le par yvon averous

    En golf, les années de Ryder Cup, sont particulières. Et cette année, il y avait un enjeu supplémentaire: la survie de cette compétition. En effet, après trois levées consécutives par les équipes européennes, cette compétition risquait de perdre un peu de valeur aux yeux du public américain, en cas d'une quatrième victoire du vieux continent.
     Le public était au rendez-vous sur le célèbre parcours du Valhalla dans le Kentucky, et il était chaud, harangué par les joueurs US, le jeune Anthony Kim dans le rôle du chauffeur de salle.
     Le team européen était un peu terne, à l'image de son capitaine, Nick Faldo, et aussi très esseulé au milieu de tous ces yankees survoltés. C'est fort logiquement, que les américains se sont imposés au terme d'une dernière journée, des simples, où les joueurs nous ont offert un niveau de jeu extraordinaire. La victoire ne s'est pas jouée à grand chose, c'est le simple Casey-Mahan qui a scellé le dénouement final. L'anglais, très décevant, aurait pu, aurait du remporté ce point, non seulement Paul Casey ne jouait pas à son meilleur niveau, mais trop d'erreurs stratégiques, impardonnables à ce niveau, ont privé les européens d'un point crucial. Et que dire de la déroute de Sergio Garcia, qui a été surclassé par Anthony Kim, encore lui. Kim a été phénoménal. Depuis seulement deux ans sur le circuit PGA, il a complètement laminé l'espagnol, et du haut de ces 23 ans, le texan a placé son équipe sur les rails de la victoire, et a sauvé l'avenir de la Ryder Cup.

  


D'origine Asiatique comme woods, les spécialistes voient en lui le futur adversaire du N° 1 du golf. Et cela promet d'être intéressant, car hormis le fait qu'il est déjà un grand champion (6ème à la FedEx Cup), leurs qualités golfiques sont assez différentes, à suivre.




    Sergio Garcia, on l'a dejà dit, a été très décevant, lui qui les années précédentes était le leader de cette équipe européenne, n'a pas su hisser son niveau de jeu. Mais il n'est pas le seul à avoir déçu, Harrington, Weestwood et Casey n'ont pas su reprendre le flambeau laissé vacant par le valencien. La seule satisfaction de l'équipe composée par l'anglais Faldo, a été le très décrié, son compatriote Ian Poulter, qui a remporté tous ces matches.

     En 2010, la compétition se déroulera sur le sol européen, au Celtic Manor dans le Pays de Galles. Les européens, peut-être sous la houlette de Jose-Maria Olazabal, tâcheront de prendre leur revanche, avec, nous l'espérons un frenchy dans le team, Michael Lorenzo-Vera, basque aussi.

    Et les français, qu'ont-ils fait cette saison?
Avec quatre victoires sur l'european tour, le bilan est plutôt positif. Tout d'abord Thomas Levet en andalousie, Grégory Bourdy la semaine d'après au Portugal, l'autre Grégory, Havret, en Ecosse, et enfin la victoire à l'arraché, pauvre Mcilroy, de Jeff Lucquin, en Suisse une semaine après Havret.
    A noter aussi la très belle saison de Glawdys Nocera, avec ses 4 victoires sur le tour européen féminin et sa deuxième place à la money list.
    L'irlandais Padraig Harrington, avec ses deux victoires en majeur, au British Open et et à l'US PGA Championship, devrait être en tête à la fin de la saison de l'ordre du mérite européen.
    Quant à la FedEx Cup, le fidjien Vijay Singh, si il termine le Tour Championship, ce week-end, est sûr d'empocher la modique somme de 10 millions de dollars offert au N°1 de cette compétition.

    Mais ce bilan ne serait pas complet, sans parler du phoenix Woods. Son biographe officiel pourra ajouter encore un chapitre supplémentaire au nombre des légendes woodsiennes. Après un départ en fanfare, 6 participations, 4 victoires et une 2ème place au Masters. Puis, en indélicatesse avec son genou gauche, il se fait opérer juste après Augusta. Il revient à la compétition pour l'US Open en juin, trop tôt pensent ses médecins. Après 4 jours, où il nous a offert, une fois de plus, un spectacle EXTRAORDINAIRE, tant sut sur le plan golfique, que sur le plan de la dramaturgie.
    
En effet, c'est un animal blessé qui arpente les fairways de Torrey Pines en Floride, son parcours de toujours. Tiger ne traine pas sa misère par complaisance médiatique, comme le suggérait aux journalistes Rétief Goosen, qui a perdu une occasion de se taire et s'excusera par la suite; le tigre est blessé jusqu'au plus profond de sa chair. Et quoi de plus dangereux qu'un animal blessé, un tigre d'autant plus. On souffre avec lui, chaque drive est une torture, il grimace, la douleur est insupportable. Mais il se bat, il va chercher au plus profond de lui même, les ressources pour finir SON US Open.

    Quelle leçon de courage et d'abnégation, il est allé au bout de ses forces. Résultats, une victoire, après un  play-off d'anthologie contre Rocco Mediate, qui malgré son fond sympathique, ne s'est pas laissé impressionner par l'aura de Woods et ces circonstances si particulières. La faculté donne aussi ses résultats: un genou très abîmé et une double fracture de fatigue au tibia gauche. A la vue du diagnostic médical, cette victoire est tout simplement INCROYABLE!
    La contre-partie, car il y en a une, comme toujours, la saison de Tiger Woods est finie et il doit retrouver son intégrité physique avant de revenir à la compétition, et on devrait revoir notre champion pas avant le Masters 2009. Mais comme le tigre ne sait pas rester sans rien faire, il en a profiter pour agrandir sa famille, en effet un deuxième enfant est attendu chez les Woods.

    En attendant nous leur adressons toutes nos félicitations et une bonne convalescence à Monsieur. Qu'il puisse encore nous offrir du grand spectacle, le monde du golf professionnel n'est pas le même sans lui.

Publié dans actualités

Commenter cet article